COMMENT SE DÉROULE UNE VENTE AUX ENCHÈRES DE FOURRURE ?

En raison de l’extraordinaire variété et de la qualité des fourrures qui y sont vendues, les enchères nord-américaines attirent les créateurs de mode, les fabricants et les courtiers du monde entier. Regardez autour de la salle et vous verrez des acheteurs, habillés de sarraus blancs, provenant de tous les grands centres de la mode européenne et d’aussi loin que la Russie, la Chine et la Corée.   Cependant, le travail de la maison d’enchères commence bien avant le jour où la vente débute.


La classification des peaux

La maison d’enchères reçoit des fourrures des producteurs de tout le continent.  Il y a beaucoup de types différents de fourrures, de qualités et de couleurs, même lorsqu’il s’agit de fourrures de la même espèce; les fourrures peuvent en effet varier selon la région d’où elles proviennent et selon bien d’autres facteurs.  Les créateurs et fabricants de fourrures ont cependant besoin de fourrures de qualité et de couleur similaires pour produire leurs vêtements et accessoires.  La première tâche que la maison de vente aux enchères doit accomplir est donc d’inspecter et trier les fourrures qu’ils reçoivent en groupes compatibles.  Ce travail est effectué par des « classeurs » expérimentés qui trient les peaux en lots assortis, c’est-à-dire,  en « paquets » de peaux de même type, taille, couleur et qualité.  Un  « lot » classé comprend souvent des fourrures de plusieurs producteurs différents.


L’inspection

Quelques jours avant que la vente aux enchères commence, les acheteurs sont invités à inspecter les fourrures. Des échantillons de chaque « lot » classé uniformément sont examinés par les acheteurs, qui font des notations dans leur copie personnelle du « catalogue » de la vente aux enchères.  Ils notent les couleurs et les qualités qui les intéressent, selon le type de vêtement, garnitures ou accessoire qu’ils envisagent de faire.  Ils se serviront de ces notes pour faire leur choix de lots lorsqu’il sera temps de faire une « offre » pour les fourrures dont ils ont besoin.


La vente aux enchères

Quand le jour de la vente aux enchères arrive enfin, la salle de ventes bouillonne d’excitation. Sur le devant de la salle, sur une plateforme surélevée, le commissaire-priseur crie les chiffres qui identifient chaque lot, un à la fois.  Le processus d’appel d’offres est énergique et hautement compétitif lorsque les acheteurs soulèvent leurs cartes d’identification numérotées pour signaler leurs offres aux « spotters » positionnés autour de la salle. Lorsque la dernière offre a été signalée, le commissaire-priseur descend son marteau sur la table et le prix est affiché sur des grands écrans autour de la salle. L’appel d’offres pour le meilleur lot, ou « top lot », de chaque type de fourrure est particulièrement intéressant. Les ventes aux enchères sont effectuées plusieurs fois par année, principalement en hiver et au printemps, quand les nouvelles récoltes de fourrures arrivent sur le marché.

+ Visitez  Fur Auctions in North America pour plus de renseignements


Commerce équitable

Une fois l’enchère terminée, les éleveurs et trappeurs reçoivent la pleine valeur payée pour leurs peaux, moins une modique commission versée à la maison d’enchères pour couvrir les coûts relatifs à l’exécution de la vente. Le commerce actuel de la fourrure est de ce fait un vrai « commerce équitable ».  Les trappeurs et éleveurs confient leurs fourrures à la maison d’enchères sur une base de consignation. Chaque peau est identifiée avec une étiquette avec un code à barres contenant l’information digitalisée afin que les producteurs puissent recevoir le prix payé pour leurs fourrures, même si elles ont été entremêlées avec les autres.  Lorsque la vente est terminée, la maison d’enchères déduit une petite commission pour couvrir les frais de réception, de classement et de vente de la fourrure et verse le reste directement à chaque trappeur et l’agriculteur. 


Innovation 

Les bénéfices de la commission perçue par les maisons d’enchères auprès des éleveurs et trappeurs sont réinvestis pour soutenir divers programmes éducatifs, promotionnels ainsi que des activités de développement des marchés et des produits, y compris des centres de création de mode et des ateliers spéciaux qui visent à encourager les designers à travailler la fourrure de façon novatrice. Alors que de nombreuses techniques de base pour travailler la fourrure ont été préservées et transmises de génération en génération, l’aspect et la fonctionnalité de vêtements de fourrure, des garnitures et des accessoires sont en constante évolution.