L'élevage de visons

Historique de l'élevage de vison

L'élevage du vison a été lancé aux États-Unis il y a plus de 150 ans pendant la Guerre Civile, au lac Casadacka, dans l'état de New York.  Les premières tentatives d’élevage de vison au Canada ont été enregistrées dans les années 1870, par les frères Patterson, de Richmond Hill, Ontario.

Bien qu’initialement prélevés dans la nature, aujourd’hui, après plus de 100 générations (ou l’équivalent de plus de 2 000 années humaines), le vison d’élevage est considéré comme un animal domestiqué. Grâce à un élevage sélectif au cours de plus d'un siècle, les éleveurs nord-américains ont développé une belle et large gamme de couleurs de fourrures.  Les visons d'élevage sont en fait très différents de leurs cousins sauvages. Ils sont beaucoup plus grands de taille et moins farouches. Visitez le site de Fur Commission USA plus de renseignements sur la biologie du vison, son comportement, le territoire et la réproduction.


L’élevage de vison en chiffres

Le vison d’élevage est le plus important type de fourrure produit aujourd'hui en Amérique du Nord, en ce qui concerne le nombre de peaux et la valeur de la fourrure.  

L'élevage de vison au Canada

Il y a actuellement quelques 300 élevages de visons au Canada produisant plus de 2,8 millions de peaux par an, d'une valeur de $ 280 millions CAD (2013).  Environ la moitié de ces visons sont élevés en Nouvelle-Écosse.  D’autres producteurs importants sont l'Ontario, la Colombie-Britannique, Île du Prince Édouard, Terre-Neuve et le Québec. 

 

L'élevage de vison aux États-Unis

Aujourd'hui, quelques  275 fermes de vison dans 23 États à travers les É-U produisent environ 3 millions de peaux par année, avec une valeur à la ferme de plus de 300 millions USD.  Le Wisconsin est le principal état producteur de vison, produisant bien au-delà d’un million de peaux.  D’autres producteurs importants sont l'Utah, l'Idaho, l'Oregon et le Minnesota.   

 


Une année dans un élevage de visons

Bien que l’activité de base d’un élevage (qui consiste principalement à assurer aux visons un environnement confortable et sans stress, de l’eau propre, une alimentation bien équilibrée et un bon état de santé), demeure la même tout au cours de l’année, de nombreuses opérations spécifiques changent selon la saison et le cycle de vie du vison.  

Il y a quatre saisons principales dans une ferme de visons :

  1. Conditionnement & reproduction  (décembre - mars)
  2. La mise-bas & le sevrage (avril - juin)
  3. Croissance de l’animal & garnissage du pelage (juillet - octobre)
  4. Classement & récolte (novembre - décembre)

 

1. Conditionnement & reproduction  (décembre - mars)

  • Les visons sont mis en bonne condition pour l’accouplement. La diète et le programme d’alimentation sont ajustés pour enlever l'excès de poids et encourager l'exercice.  C'est important pour produire des petits en santé et assurer la bonne productivité de la ferme.
  • Certaines fermes choisissent ce moment pour faire de tests de sang (maladie aléoutienne) et vacciner les animaux.
  • Les visons sont placés dans les étables selon le système pratiqué dans la ferme, par exemple, de petites sections logeant des mâles sont entourées de grandes sections logeant des femelles. La plupart de fermes accouplent quatre à cinq femelles par mâle. 
  • Les femelles sont toujours placées dans l’enclos de mâles pour la reproduction – et jamais l'inverse – car les mâles doivent toujours rester dans leur propre territoire.
  • L'acte d'accouplement stimule l'ovulation. Ceci est semblable aux chats de compagnie, mais différent d’autres espèces domestiquées.   Neuf jours après le premier accouplement, les ovaires ont été complètement réapprovisionnés en œufs. La plupart des éleveurs pratiquent ainsi un programme de sélection entre le jour 1 et le jour 9 et bien souvent le jour après le jour 9 (le jour 10) aussi car ils estiment que l'accouplement supplémentaire se traduit par la fécondation d’un plus grand nombre d’œufs.  
  • Des dossiers sur l’accouplement sont souvent tenus pour le suivi de dates d'accouplement, tout ce qui concerne la génétique des parents, grands-parents, etc. et des notes sur la sélection.

2. La mise-bas & le sevrage (avril - juin)

  • La gestation varie de 40 à 70 jours (en raison d'une implantation différée). La période peut être raccourcie en prolongeant artificiellement la lumière de jour immédiatement après l’accouplement.
  • Les nids sont préparés et les femelles confortablement installées. Les bruits et le stress inutile sont évités.
  • Les femelles ont en moyenne une portée de 5-6 petits (selon leur couleur). Les bébés sont très petits (de la taille de votre petit doigt), n'ont aucune fourrure et ne peuvent pas encore voir.
  • Les femelles passent la plupart de leur temps dans les nichoirs à s'occuper de leurs petits. Les nids sont examinés régulièrement afin de vérifier que les femelles soient en bonne santé, nourrissent correctement et suffisamment les petits, et que ceux-ci sont gardés bien au chaud et se développent bien.
  • La santé des femelles est aussi mesurée selon leur consommation d'aliments. Une baisse soudaine de consommation est signe que la femelle (et sa portée) nécessite une attention immédiate.
  • Des petits sont donnés en adoption à d’autres femelles lorsque les portées sont importantes ou la production de lait de la mère n’est pas suffisante pour assurer la croissance de tous les nouveaux nés.
  • Une portée entière peut être donnée en adoption si la mère est malade, si elle n’assure pas correctement la lactation ou ne prend pas soin de ses petits. La femelle du vison adopte normalement très facilement les petits d’une autre femelle.
  • Le bon équilibre entre les aliments gras et les protéines est essentiel pour une bonne lactation (et de ce fait, pour la croissance des petits) et la bonne santé des femelles. Les femelles sont nourries selon l’importance de la portée, l'âge des petits et leur condition physique.
  • Les petits commencent à recevoir des aliments vers l’âge de 4 ou 5 semaines. Ils font rapidement la transition à un régime comprenant davantage d'aliments pour animaux que de lait maternel. Ils s’habituent facilement à utiliser la source d'eau (plat ou tétine).
  • Il est important que les nids soient gardés bien secs, que la nourriture et l'eau soient facilement disponibles et que les petits soient satisfaits.
  • À environ 6 à 8 semaines d'âge, les petits sont séparés de leur mère. Dès qu’ils sont en mesure de maintenir la chaleur corporelle lorsqu’ils sont en petits groupes, ils seront divisés en paires.

 

3. Croissance de l’animal & garnissage du pelage (juillet - octobre)

  • Au cours de cette période l'activité principale de l’élevage est l'alimentation des visons. Les portions alimentaires sont conçues pour favoriser la croissance. Les visons sont nourris plusieurs fois par jour afin de leur assurer une nourriture toujours fraîche et disponible.
  • En juillet tous les visons (jeunes et adultes) sont vaccinés. Au Canada, ils reçoivent un vaccin 4-Way contre la maladie de Carré, l’infection Pseudomonas aeruginosa, le botulisme et l’entérite virale du vison.
  • En août, la croissance du pelage d'hiver commence et le régime alimentaire change pour la soutenir.
  • À la fin du mois d'août, le développement corporel du vison est largement terminé. Le développement subséquent concerne surtout l’engraissement.
  • Il est important de garder les nids propres, les visons bien nourris et heureux. Ceci est essentiel pour protéger son précieux pelage. 
  • À l'automne, la fourrure devient plus garnie et dense (plus de poils par pouce carré). La croissance de la fourrure commence par la queue et se poursuit sur le dos et jusqu'à l'arrière de la tête.  Au cours de la période de croissance de la fourrure la peau des visons donne l’impression d’être bleue.  Quand la croissance est terminée la peau prend une couleur blanc crémeux.
  • La fourrure de vison a deux composantes, le poil de garde qui est visible est plus long et brillant; le duvet, plus court et plus doux, se cache en-dessous.   
  • La croissance de la fourrure d'hiver n'est pas stimulée par les températures froides mais plutôt par le raccourcissement de la lumière du jour. Ce changement stimule la production de mélatonine, une hormone qui active les follicules pileux et la croissance de nouveaux poils. 

4. Classement & récolte (novembre - décembre)

  • Les visons sont classés en novembre ou début décembre selon la couleur de la fourrure et le sexe. Le classement implique l'évaluation physique du pelage.
  • Les caractéristiques les plus souvent prises en considération sont : la texture, la densité, la longueur du poil et la qualité de la couleur. C’est la demande du moment du marché qui déterminera les caractéristiques que l’on favorisera.  
  • La classification de chaque animal déterminera lesquels seront utilisés pour la fourrure et ceux qui seront conservés comme reproducteurs pour la saison suivante. La classification est souvent utilisée en conjonction avec la taille et le poids de l’animal, la taille des portées, l’histoire génésique des parents, le tempérament et la santé et présence de maladies.
  • Les visons sélectionnés comme reproducteurs seront mis dans des enclos individuels.
  • Les visons sélectionnés pour leur fourrure seront euthanasiés par exposition au monoxyde de carbone. Cette méthode est sans cruauté, agit rapidement et provoque un minimum de stress.
  • La fourrure est soit enlevée sur place ou les visons sont expédiés dans des installations spécialisées hors site.
  • À quelques exceptions près, les peaux traitées sont expédiées aux maisons d’enchères pour être vendues.