Les espèces piégées

Sur le plan mondial, les animaux sauvages fournissent aujourd’hui environ 15 à 20 % de toutes les fourrures utilisées dans l’industrie.  En  Amérique du Nord, le plus grand producteur de fourrures sauvages de qualité au monde (castor, rat musqué, raton laveur, martre, renard, coyote, lynx roux et lynx),  ce pourcentage est plus près de 50 pourcent.   De plus petites quantités proviennent également de la Russie (zibeline), de l’Europe (renard), de l’Amérique du Sud (renard, ragondin) et d’autres régions. 

LES ANIMAUX À FOURRURE DE L’AMÉRIQUE DU NORD

Au Canada cinq espèces abondantes représentent plus de 75% de tous les animaux à fourrure récoltés.

 

Aux États-Unis cinq espèces très abondantes représentent plus de 80% de toutes les fourrures sauvages récoltées. 

  

LA PRÉVENTION DE CAPTURES NON-CIBLÉES

La façon dont les pièges modernes sont conçus et installés permet aux trappeurs de capturer les espèces qu’ils ciblent et d’éviter les espèces indésirables, « non ciblées ».  Par exemple : les pièges mortels pour capturer et tuer la martre (un cousin du vison et de la belette) sont installés dans une boîte placée sur un arbre ou sur un poteau  incliné au-dessus du sol,  pour que les chiens (attirés par l’appât) n’y aient pas accès et ne puissent pas se blesser.  Dans ce même objectif et pour s’assurer que seules les espèces ciblées seront prises, les trappeurs apprennent dans leurs cours de formation à maîtriser la taille et la tension de la détente, l’emplacement et le moment de la capture.